LDH Toulon  |   Page précédente

notre projet initial
le conseil nationl de la résistance

 

Communiqué de la section de Toulon de la LDH - le 12 mars 2004

Resistance, une valeur d'actualité ... 60 ans après

Le 15 mars 1944, le Conseil National de la Résistance (CNR) adoptait à l’unanimité son programme comportant « à la fois un plan d’action immédiate contre l’oppresseur et les mesures destinées à instaurer, après la libération du territoire, un ordre social plus juste ».

Se référant aux valeurs et aux libertés fondamentales, il appelait à l'union de toutes les forces après la Libération afin de promouvoir une véritable démocratie économique et sociale : le droit au travail, à la retraite, à la culture, aux loisirs, ainsi que la garantie du pouvoir d'achat et de l'emploi. Parmi toutes les réformes élaborées par le CNR, l'une des plus importantes concernait l'instauration d'un système de protection sociale de l'ensemble de la population. En quelques pages tout le développement de notre société d'après guerre était tracé. Nombre des grandes conquêtes sociales dont nous bénéficions encore aujourd'hui y étaient esquissées. Elles ont permis une large redistribution des richesses et ont certainement contribué au formidable développement de la France.

Il est de la responsabilité de chacun de défendre ces acquis.

Pour que ce soixantième anniversaire ne soit pas celui de l'oubli ou du renoncement, la section de Toulon de la LDH invite les Varois à se joindre au rassemblement

dimanche 14 mars, à 11h, place Gabriel Péri (face au Palais de Justice), à Toulon


 

Un projet pour commémorer le soixantième anniversaire du programme du
Conseil National de la Résistance
et notamment la partie sociale de ce programme

 

Ce programme, publié le 15 mars 1944, insistait avec force sur les questions sociales. Il appelait à l'union de toutes les forces après la Libération afin de promouvoir une véritable démocratie économique et sociale : le droit au travail, à la retraite, à la culture, aux loisirs, en même temps que la garantie du pouvoir d'achat et de l'emploi. Parmi toutes les réformes élaborées par le CNR, l'une des plus importantes concernait l'instauration d'un système de protection sociale de l'ensemble de la population. Il s'agissait de la mise en place d'un régime unique pour tous, avec la garantie donnée à chacun d'assurer, en toute circonstance et dans des conditions satisfaisantes, sa subsistance et celle des personnes à sa charge ; cela concernait l'assurance maladie, l'invalidité, la vieillesse, les accidents du travail, les allocations familiales. Le programme du CNR avait pour but l'établissement d'une condition humaine libérée de la puissance de l'argent, affranchie du besoin, ouverte à un idéal de solidarité et de justice.

La LDH-Toulon et Attac-Var proposent aux organisations et associations de la région toulonnaise de marquer le soixantième anniversaire du programme du Conseil National de la Résistance, en insistant sur la partie sociale de ce programme, aujourd'hui bien menacée.

Notre démarche se veut la plus ouverte possible, respectueuse des diverses sensibilités. Pour cela, nous ne voulons pas nous poser en organisateurs en demandant à chacun de s'engager sous notre bannière. Cette idée déroutera peut-être ... Sans arrière-pensée de récupération, nous voudrions que le plus grand nombre d'organisations s'emparent de cet évènement et choisissent la forme qui leur convient suivant leur sensibilité et leurs moyens - en toute indépendance.

Notre rôle consiste essentiellement à faire connaître cette date et à mobiliser le plus largement possible durant une période que nous déterminerons en commun. Cela pourrait aller, par exemple, du 15 Mars au 1er Mai. Pendant la période de préparation, nous tâcherons de faire connaître l'avancement de cette mobilisation et les diverses initiatives. Il ne s'agira donc pas d'un collectif mais d'une sorte de coordination ouverte. Cette mise en commun devrait permettre en outre de limiter certaines dérives au cas, improbable, où une organisation détournerait de manière inadmissible l'esprit du programme.

Dans ce cadre, chacun sera libre de mettre en oeuvre l'évènement comme il l'entend en choisissant l'aspect qui lui convient. Il pourra communiquer librement sur son objectif. Il lui appartiendra de se donner les moyens de réaliser cet objectif et, bien entendu, les retombées, les conséquences, la notoriété, l'audience, le bilan qu'il en tirera ne concerneront que lui.

Une première réunion "préparatoire" a eu lieu le 28 janvier 2004, à 19h, au Grand Café de la Rade. Etaient notamment représentés : l'ANACR, la fédération du PC, ATTAC Var, la LDH de Toulon.

Deux idées ont été lancées :

1. marquer la date du 15 mars en organisant une projection-débat ;

2. prévoir un temps fort qui réunisse le plus de monde possible, autour du 27 mai - Châteauvallon semble un lieu idéal.


LE CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE

Le CNR se réunit pour la première fois le 27 mai 1943, clandestinement, dans un appartement parisien, sous la présidence de Jean Moulin, représentant en France occupée du Général de Gaulle (installé à Londres puis à Alger comme chef de la France libre). Jean Moulin sera arrêté par les nazis en juin de la même année.Lui ont succédé Georges Bidault, démocrate chrétien, puis, à la Libération, le 15 septembre 1944, Louis Saillant, CGT.

Le CNR regroupait :

De gauche à droite : Robert Chambeiron, Pierre Meunier, Auguste Gillot, Joseph Laniel, Henri Ribière, Jacques Lecompte-Boinet, Gaston Tessier, Pierre Villon, Georges Bidault, André Mutter, Louis Saillant, Pascal Copeau, Paul Bastid, Daniel Mayer, Jean-Pierre Lévy, Jacques Debû-Bridel.
Photo prise le 10 septembre 1944 - l'assemblée n'est pas au complet.

Le CNR a défini son programme prévisionnel pour la Libération le 15 mars 1944. On y trouve des objectifs d’une troublante actualité, comme par exemple :

Une grande partie de ce programme a été effectivement appliquée après la guerre (sécurité sociale et retraites généralisées, contrôle des féodalités économiques à la Libération, droit à la culture pour tous, presse écrite délivrée de l'argent et de la corruption, lois sociales agricoles, etc). Ce programme de mars 1944 constitue encore de nos jours le socle des conquêtes sociales aujourd'hui menacées et méthodiquement démantelées.


Pour prendre connaissance du programme du Conseil National de la Résistance.

Pour écrire à la section de Toulon de la LDH