LDH Toulon  |   Page précédente

Maurice Audin, torturé à mort et disparu en Algérie

Lire ci-dessous :

juillet 2002 : l'affaire Maurice Audin reste un meurtre politique sans cadavre ni issue judiciaire
une rue Maurice Audin à Paris
Robert Badinter : l'heure de la vérité

A lire par ailleurs :

mai 2004 : une place Maurice Audin à Paris

En 1957, Maurice Audin était âgé de 25 ans et père de trois enfants. Ce jeune mathématicien de l'Université d'Alger était membre du parti communiste algérien, dissous trois ans plus tôt. Il fut arrêté à son domicile, par des hommes du 1er régiment de chasseurs parachutistes, le 11 juin 1957 vers 23 heures. Torturé par l'armée française, il devait décéder le 21 juin, mais son corps n'a jamais été retrouvé. 

Josette Audin a déposé, en mai 2001, une plainte " contre X pour séquestration " et pour  " crimes contre l'humanité ". On sait que, dès lors qu'il y a un disparu, l'infraction continue de courir jusqu'à ce que le corps soit retrouvé.

Josette Audin fait partie des douze personnalités ayant signé, le 31 octobre 2000, un texte appelant les autorités françaises à condamner la torture et les nombreuses exécutions sommaires commises en Algérie entre 1954 et 1962. "Ce ne sont pas les propos d'Aussaresses qui sont seulement en cause, indique-t-elle. Ce sont les faits. Il faudrait que la réprobation dépasse sa personne et englobe tous les responsables, qu'ils soient civils ou militaires. Au-delà de la procédure judiciaire, il faut une reconnaissance officielle et une condamnation. C'est facile de condamner Pinochet ou les auteurs du génocide arménien, il faut aussi le faire quand les crimes ont été commis par des Français ."

Maurice Audin 
On peut deviner le titre du journal (l'Humanité) qu'il lit  :
 "Paix en Algérie".

Son fils Pierre nous écrit :
« Maurice Audin menait une lutte politique et ne faisait pas partie d'une quelconque organisation armée du parti communiste algérien ; ceux des communistes algériens qui avaient voulu prendre les armes avaient quitté le PCA pour le FLN (choix imposé par le FLN) ; contrairement à ce que dit Aussaresses dans son "livre" la lutte du PCA était exclusivement politique, les seuls "crimes" reprochés à mon père étaient d'avoir hébergé des clandestins, d'avoir abrité une imprimerie clandestine, d'avoir diffusé des journaux ou tracts clandestins. Pour les paras, lire l'huma c'était déjà un crime impardonnable. » 


Un meurtre politique, sans cadavre, ni issue judiciaire

Le mercredi 10 juillet 2002, le juge d'instruction Jean-Paul Valat a rendu une ordonnance de refus d'informer après la plainte déposée en mai 2001 par Josette Audin.

Sa décision écarte d'abord la qualification de " crime contre l'humanité ". Faisant application d'une jurisprudence établie, le magistrat estime que cette incrimination, introduite dans le code pénal en 1994, ne peut être appliquée rétroactivement, rappelant que, antérieurement à cette date, le droit français incriminait seulement les crimes contre l'humanité commis par les puissances de l'Axe pendant la seconde guerre mondiale. L'" enlèvement " est lui aussi écarté puisque, selon le juge, la Cour de cassation a confirmé, en 1966, le non-lieu prononcé pour cause d'amnistie en 1962.

Pour nier la qualification de "séquestration", infraction qui se prolonge et n'est donc pas couverte par l'amnistie, le juge tire argument du fait que Mme Audin a porté plainte pour " homicide volontaire" dès juillet 1957 et que, plus tard, elle a " accepté un dédommagement pour le préjudice résultant du décès de son mari ", pour affirmer qu'elle est " persuadée -depuis cette date- (...) que son mari est mort ". Ainsi, selon l'ordonnance, " la qualification de séquestration (...) n'a pour but que de tenter d'échapper aux différentes causes d'extinction de l'action publique ".

[source : Le Monde 14-15 juillet 2002]


Robert Badinter : l'heure de la vérité

" J'ai conservé dans ma bibliothèque ce dessin de Tim  [ paru dans l'Express en 1960, avec pour légende : "Accusé Audin, levez-vous" ]. Pour moi, toute la cruauté et l'hypocrisie de la justice pendant la guerre d'Algérie y sont inscrites. Maurice Audin, jeune universitaire à Alger, communiste, suspecté d'aider le FLN, avait été arrêté par les parachutistes au printemps de 1957. Interrogé, il était mort sous la torture. On avait alors camouflé le meurtre en évasion et fait de la victime un fuyard. Comme Maurice Audin avait été arrêté pour atteinte à la sûreté de l'Etat, la justice militaire avait imperturbablement continué les poursuites. Et, alors que l'on connaissait sa fin tragique, l'autorité judiciaire avait cité Maurice Audin mort à comparaître devant le tribunal militaire d'Alger. Rarement le cynisme officiel avait été porté à pareil degré d'incandescence.  […]

L'exigence de vérité demeure, rendue plus forte encore parce que justice ne peut être faite. Rien n'est plus important pour les victimes et leur famille que de voir la vérité établie. "

Robert Badinter - Le Nouvel Observateur - 14 décembre 2000

vu par Siné


 

Le Conseil de Paris a décidé à l'unanimité de donner le nom de Maurice Audin, le jeune mathématicien communiste torturé à mort, à Alger, en 1957, à la rue des Tourelles, entre l'avenue Gambetta et le boulevard Mortier, dans le 20e arrondissement de la capitale.

Tous les élus de gauche, communistes, socialistes, MDC, verts, ont ratifié ce choix, tandis que les conseillers de droite n'ont pas pris part au vote et ne se sont risqués à aucun commentaire, en particulier lors de l'exposé des motifs.

C'est lundi 9 juillet 2001, que le voeu déposé au préalable par les élus communistes de Paris a été présenté par Pierre Mansat. Dans son exposé des motifs, l'adjoint au maire a indiqué : " Les révélations du général Aussaresses sur les tortures pratiquées par l'armée française durant la guerre d'Algérie ont remis au jour un pan de l'histoire de notre pays qui est loin d'être reconnu dans toutes ses dimensions. Maurice Audin, jeune intellectuel, a très probablement été assassiné par les services d'Aussaresses. "

Le choix de la rue des Tourelles, approuvé par les élus, n'est évidemment pas dû au hasard. Se trouve là, en effet, la fameuse caserne des services spéciaux où, très vraisemblablement, sont passés des militants algériens. Et c'est dans cette même caserne que des résistants au fascisme ont été incarcérés et interrogés durant la Seconde Guerre mondiale. 

La campagne lancée par l'Appel des douze pour que la torture soit reconnue et officiellement condamnée est bien sûr pour beaucoup dans l'initiative parisienne. De surcroît la plainte déposée récemment par Josette Audin et le retentissement qu'elle a connu ont visiblement eu raison des éventuelles réticences.

d'après l'article de Charles Silvestre dans l'Humanité du 11 juillet 2001

un site consacré à Maurice Audin

maj le 18/05/04