LDH Toulon  |   Page précédente

Fin juin 2002, ils étaient près de 500 officiers et soldats, réservistes de l’armée israélienne, refusant de servir dans les territoires occupés et des dizaines d’entre eux sont emprisonnés. Soutenir ces REFUZNIKS c'est hâter le moment où les Israéliens cesseront de défendre les colons, où un état palestinien existera à côté de l'état israélien dans une région en paix.

 

 

Plus de deux ans en prison pour 5 objecteurs de conscience israéliens

[source : CEDETIM - 13 janvier 2004]

Après avoir passé 14 mois en prison, Noam Bahat, Haggai Matar, Adam Maor, Shimri Tsameret et Matan Kaminer ont été condamnés à un an de prison supplémentaire par le tribunal militaire de l'armée israélienne.

Il y a deux ans, ces 5 objecteurs et Jonathan Ben-Artzi qui attend encore le verdict du tribunal, avaient manifesté dans une lettre signée par 350 lycéens, leur refus de participer à la guerre coloniale de l'armée contre les Palestiniens en territoires occupés. Ces lycéens refusent non seulement de servir dans les territoires occupés mais également toute participation à l'armée d'Israël à laquelle ils refusent la qualification d'armée de défense. Accusés d'être des traîtres qui sapent la cohésion nationale et remettent en cause la démocratie, les 5 objecteurs s'attendaient à un verdict sévère " pour l'exemple ". Ce verdict témoigne de la volonté de mettre fin à l'augmentation du nombre d'objecteurs de conscience " politiques " qui sont aujourd'hui plus de 1500 à s'être déclarés.

Dans la conférence de presse qui a suivi l'annonce du verdict, les 5 ont cependant déclaré qu'ils poursuivraient leur combat pour dénoncer les actes immoraux de l'armée et de l'Etat d'Israël et pour lutter contre le fléau de l'occupation. De nombreuses personnes étaient venu soutenir leur action dans un contexte où les pacifistes israéliens s'affrontent de plus en plus fréquemment à l'armée qu'il s'agisse d'empêcher la destruction de maisons palestiniennes ou de dénoncer la construction du mur et la politique d'expropriation et d'apartheid qu'il incarne.

Dans un communiqué publié le 5 janvier, l'Observatoire pour la protection des Droits Humains et la Fédération Internationale des Ligues des Droits de l'Homme ont dénoncé la détention arbitraire des objecteurs et le non-respect par les autorités militaires israéliennes du droit à l'objection. Les organisations qui avaient envoyé une mission d'observation au procès de Jonathan Ben Artzi ont pu constater le non-respect des clauses de la Convention Internationale pour les Droits Civiques et Politiques. L'article 18 de cette convention ratifiée par Israël stipule en effet qu'une commission indépendante et impartiale doit être chargée d'examiner les cas d'objecteurs de conscience. Or en Israël, la commission d'objection de conscience est un organisme appartenant à l'armée et défendant les intérêts de cette institution.

Yesh Gvul ( " Il y a une limite "), l'organisation israélienne qui défend les objecteurs de conscience des différents mouvements d'objecteurs israéliens appelle à signer une pétition en ligne sur leur site : www.refuz.org.il

Il est également possible d'envoyer un e. mail à la coordination du Forum des parents qui regroupe les familles des objecteurs : alexmaor@refuz.org.il

La plateforme SICO (Solidaires des Israeliens Contre l'Occupation) organise en France le soutien aux objecteurs de conscience israéliens. Contacter SICO : sico99@aol.com

Lire également ci-dessous : l'appel de YeshGvul et l'appel de 83 réservistes

 


Appels à la reconnaissance d'un "droit à l'objection" en Israël

[LE MONDE - 23.06.02]

Le comité SICO (Solidaires des Israéliens contre l'occupation), ainsi que la LDH et la FIDH ont apporté "leur soutien à David Zonsheine, signataire du manifeste "Le Courage de refuser"", dont le procès se déroule depuis le 17 juin devant la Haute Cour de Jérusalem. "Ce procès doit permettre la reconnaissance d'un droit à l'objection en Israël", soulignent les trois associations, ajoutant : "Ceux qui refusent de participer à des opérations dans les territoires palestiniens et qui luttent contre l'occupation exercent un droit légitime au refus."

"Il y a quarante ans déjà, une cour israélienne a reconnu le droit des soldats à refuser d'obéir à des ordres dont l'illégalité est flagrante. Les actions dans les territoires palestiniens sont définies comme des actions illégales par les conventions internationales (quatrième convention de Genève) et par la loi israélienne",rappellent les signataires, pour qui "David Zonsheine n'a pas trahi son pays, mais, au contraire, il a servi le droit et respecté les valeurs démocratiques d'Israël".

"LA TERREUR SILENCIEUSE"

David Zonsheine a été condamné le 12 juin par le commandement militaire israélien à trente-cinq jours de prison ferme, pour refus de servir dans les territoires palestiniens occupés, bien qu'il se soit déclaré disposé à servir à la place en territoire israélien. Il a demandé à être jugé par la Haute Cour de Jérusalem. Quelque 500 officiers et soldats de réserve ont signé à ce jour la pétitition "Le courage de refuser". SICO, la LDH et la FIDH affirment que des milliers de personnes, en France, en Italie et dans d'autres pays européens ont signé des pétitions leur apportant leur appui.

Selon l'association israélienne Yesh Gvul, l'une des organisations israéliennes hostiles à l'occupation des territoires occupés, deux objecteurs, Guy Rozin et R.B.N. ("qui ne souhaite pas être autrement identifié" ), ont été condamnés, les 16 juin et 17 juin, respectivement à vingt-huit jours et quatorze jours de prison. Neuf refuzniks purgent actuellement des peines de prison, "un nombre important bien que nettement inférieur au chiffre record de 69 emprionnés en avril", indique Yesh Gvul.

Par ailleurs, dans une longue "lettre ouverte aux juifs américains", après la levée de boucliers suscitée aux Etats-Unis par une "annonce" en faveur des objecteurs de conscience israéliens, publiée par une organisation pour la paix, Tikkun, l'un de ces refuzniks, Assaf Oron, dénonce, entre autres, "une guerre de terrorisme" menée par l'armée israélienne "en réponse à la guérilla et à la terreur palestinienne". "Nous utilisons les forces de défense d'Israël dans deux types de terrorisme, écrit-il : le plus visible, ce sont les actes de violence, de meurtre et de destruction (...). Le pire c'est la terreur silencieuse, celle qui a continué depuis 1967 - date de l'occupation de la Cisjordanie et de Gaza - et tout au long du processus d'Oslo. C'est le terrorisme de l'occupation, de l'humiliation individuelle et collective, de la privation des droits et du vol légalisé, de l'alternance, exploitation et famine. C'est la masse invisible de l'iceberg, le terrorisme qui devient à long terme la pépinière du contre-terrorisme."

Mouna Naïm


Appel de YeshGvul 

" L'occupation, une malédiction pour les deux peuples

Pour les Palestiniens, l'occupation inflige l'oppression, l'humiliation, la pauvreté, l'étouffement et le désespoir ; Pour nous, elle apporte l'érosion de nos valeurs morales, l'effondrement de notre économie, la misère pour les plus démunis. 

Les deux peuples répandent leur sang dans une lutte qui n'a aucun sens, avec son cortège de terrorisme, d'assassinats et de meurtres d'innocents. En maintenant l'occupation, l'armée israélienne fait peser le poids de la
guerre aux civils sans défense et commet systématiquement des actes illégaux. Ses soldats sont amenés à des agissements contraires au droit israélien et au droit international. Le blocus des villes palestiniennes et le couvre-feu attisent la haine, qui hâte la prochaine attaque. L'occupation est une violence, et elle nourrit le terrorisme.

La Force de défense d'Israël est devenue la Force de défense des colonies dans les territoires occupés, au lieu de poursuivre ses propres objectifs, la défense de l'Etat. L'occupation mine l'armée et ses soldats et détourne des sommes colossales de la santé, de l'éducation, de la solidarité et du développement d'infrastructures. La fin de l'occupation apporterait un renouveau économique et social, et permettrait la réduction de la durée du service militaire et allégerait le poids du service de réserve. 

Soldats, hommes et femmes, souvenez-vous : Démolir des maisons, tirer sur des civils, agir sans mandat de justice,
refuser la nourriture ou les soins médicaux, dénier la liberté de mouvement et détruire des moyens d'existence, tous ces actes sont immoraux et ouvertement illégaux. 

Refusez d'y prendre part ! 

Depuis le déclenchement de l'Intifada, des centaines de soldats ont refusé de servir dans les territoires occupés. Ceux qui ont refusé nous ont trouvés, qui leur offrions soutien et assistance. 

Le site (en anglais) : www.yesh-gvul.org/english.html
Pour envoyer votre sotien par e-mail : peretz@yesh-gvul.org


Appel de 83 réservistes de l'armée israélienne publié dans le journal Haaretz et dans Le Monde

" Nous, officiers et soldats combattants de réserve de Tsahal, qui avons grandi dans le berceau du sionisme et du sacrifice pour l'Etat d'Israël, qui avons toujours servi en première ligne, qui avons été les premiers, dans toute mission, qu'elle soit facile ou difficile, à défendre l'Etat d'Israël et le renforcer ;

Nous, officiers et soldats combattants qui servons l'Etat d'Israël pendant de longues semaines chaque année, malgré le prix personnel élevé que nous payons ; 

Nous qui avons été en service de réserve dans tous les territoires et qui avons recu des ordres et des instructions qui n'ont rien à voir avec la sécurité de l'Etat, mais dont le seul objectif est la domination du peuple palestinien ; 

Nous qui avons vu de nos yeux le prix sanglant que l'occupation impose aux deux parties en présence ; 

Nous qui avons senti comment les ordres que nous recevions détruisaient toutes les valeurs de ce pays ;

Nous qui avons compris que le prix de l'occupation représentait la pertede l'image humaine de Tsahal et la corruption de toute la société israélienne ;

Nous qui savons que les territoires occupés ne sont pas Israël, et que toutes les colonies sont destinées à être supprimées...

" Nous déclarons que nous ne continuerons pas à combattre dans cette cette guerre pour la paix des colonies, que nous ne continuerons pas à combattre au-delà de la ligne verte pour dominer, expulser, affamer et humilier tout un peuple.

" Nous déclarons que nous continuerons à servir Tsahal en toute occasion qui servira la défense de l'Etat d'Israël. L'occupation et la répression n'ont pas cet objectif.

Et nous n'y participerons pas. "

Un site à consulter http://www.newprofile.org/english/