LDH Toulon  |   Page précédente

LE VISAGE DE L'EUROPE FORTERESSE

Gildas TOUNI et Rodolphe EKAMI, deux sans papiers congolais de Brazzaville sont actuellement hospitalisés sous plâtre à Marseille à l'Hôpital de la Conception. L'un a la colonne vertébrale brisée et l'autre le bassin cassé. Ces deux sans papiers et d'autres étaient réfugiés dans un premier temps à Libreville au Gabon où ils ont fait une demande auprès du Haut Commissariat aux Réfugiés de l'ONU. Ayant attendu vainement une réponse, ils ont gagné clandestinement la France dans un bateau sous pavillon panaméen. Arrivés à Marseille, ils ont été découverts puis dénoncés à la police par le capitaine de bord. Sur place, ils ont réédité leur demande d'asile, mais ont reçu comme seule réponse de les réembarquer pour les expulser. Désespérés de voir leur demande une nouvelle fois refusée, Gildas TOUNI, 29 ans et Rodolphe EKAMI, 24 ans, se sont jetés dans les eaux du port de Marseille par un hublot, ce qui a occasionné les graves blessures qui ont mené à leur hospitalisation.

 


COMMUNIQUE DE PRESSE - samedi 21 février 2004

Trois Congolais clandestins arrêtés sur un cargo dans le port de Marseille
Conférence de presse le lundi 23-2 à 11h à la Bourse du Travail de Marseille

Jeudi 12 février, trois Congolais clandestins ont été arrêtés par la police sur un cargo accostant au port de Marseille et conduits dans la zone d'attente d'Arenc. Ils ont vainement tenté de faire enregister leur demande d'asile pendant deux jours. Samedi, les trois Congolais étaient ramenés par la police dans le même cargo pour être expulsés dans leur pays, à feu et à sang, le Sud Brazzaville. Deux d'entre eux ont sauté d'une hauteur de dix mètres d'un hublot du cargo battant pavillon panaméen pour s'échapper en se laissant glisser le long d'un cordage du cargo. Nous avons enregistré leurs déclarations dans leur chambre de l'hôpital La Conception où de graves liaisons à la colonne vertébrale et des fractures du bassin les immobilisent. Ces deux Congolais racontent leur désespoir et les raisons qui ont motivé leur choix de sauter dans le vide plutôt que de retourner vers « l'enfer » congolais.

Nous vous proposons de venir à la conférence de presse qui se tiendra le lundi 23 février à 11 heures à la bourse du travail, 23, bd Charles-Nédélec, 13003 Marseille (tél AMINATA 06 30 81 26 08) Nous y dénoncerons les refus d'examiner les demandes d'asile ou leur traitement expéditif dans les zones d'attente, les expulsions arbitraires et meurtrières, l'aggravation de la situation des étrangers en France ...

COLLECTIF DES SANS-PAPIERS ET SON COMITE DE SOUTIEN,
CIMADE,
MRAP 13,
LIGUE DES DROITS DE L'HOMME,
CGT 13,
SUD,
CFDT,
LIGUE COMMUNISTE REVOLUTIONNAIRE,
RESISTER !,
AGIR ENSEMBLE CONTRE LE CHOMAGE,
SURVIE,
TEMOIGNAGE CHRETIEN,
GROUPES AMNESTY DE MARSEILLE.